Un peu d'histoire...

1936 

Installation de Jules et Marie Céline Gélus sur la ferme familiale. Céréales, prairies, vigne, asperges, vaches, chèvres, poules, cochon, vers à soie, sans oublier le mulet !

1963

Leur fils, Jean Claude, les rejoins. C'est le début de la mécanisation ( tracteur Vendeuvre), des pesticides et des engrais. C'est aussi l'apparition de nouvelles cultures : légumes, plantation des premiers abricotiers sur la commune et, au fil des années, abandon de l'élevage.

1992 

Installation de Yves : plantation de cerisiers et de nouvelles variétés d'abricot. Les premières noix Lara sont récoltées. Petit à petit, les céréales et légumes sont remplacés par des noyers et abricotiers.

2008

C'est au tour de Anne de rejoindre la ferme. En quelques années le virage est pris : conversion bio des noyers, des cerisiers et de la vigne, vente directe, produits transformés ( huile de noix et nectars d'abricot), plantation d'amandiers et noisetiers, abandon définitif des engrais de synthèse et du Round Up sur abricotier!



Aujourd'hui et demain...

Depuis 10 ans nous avons connu des réussites et des échecs. Mais depuis quelques années, nous sommes rattrapés par le réchauffement climatique.

Les noyers, qui représentaient la moitié de nos surfaces, sont aujourd'hui les premiers touchés :

Les autres espèces ne sont pas épargnées : grêle, gel, canicule...certaines années nous ne pouvons récolter qu'une partie de nos productions ( abricots, amandes, noisettes,raisin,cerises).

Face à cette situation, nous avons décidé de réfléchir à l'orientation de notre ferme et profiter de cette remise en question pour revoir son fonctionnement dans sa globalité.

Notre nouveau défi : comment faire face au réchauffement climatique et ses nombreuses conséquences ?

1- Limiter les conséquences du réchauffement climatique

Comment agir, à notre échelle, pour limiter le réchauffement

et quelles solutions pour en réduire les conséquences sur notre ferme ?

Ce que nous avons déjà fait :

Ce que nous allons faire dans les prochains mois :

Ce que nous aimerions faire à l'avenir :

2- Diversifier

Comment devenir plus résilient en diversifiant les sources de revenu ?

Ce que nous avons déjà fait :

Ce que nous allons faire dans les prochains mois :

Ce que nous aimerions faire à l'avenir :

3- L'agroécologie et l'auto fertilité des sols

Comment devenir plus autonome en fumure tout en améliorant la fertilité des sols ?

Ce que nous avons déjà fait :

Ce que nous allons faire dans les prochains mois :

Continuer les formations : 4 jours sur l'agroforesterie et la physiologie de la vigne.

Ce que nous aimerions faire à l'avenir :

ADRESSE


Europe organic logo
Europe organic logo
French organic logo